Avertir le modérateur

30/10/2008

De Wall Street aux Quartiers Nord de Marseille

De Wall Street aux Quartiers Nord de Marseille ! Insolite itinéraire, pour ce natif de Neuilly sur Seine, français par sa mère et américain par son père. Henry C. Quinson avait sa vie professionnelle toute tracée. Ancien de l’école Saint-Jean de Passy, diplômé en sciences économiques de l’Université Panthéon Sorbonne et de Sciences Politiques, il devient trader à la salle des marchés de la Banque Indosuez en 1985. Un parcours classique pour ce jeune homme de bonne famille qui a vécu à New York et Bruxelles. « Dans les années 1980, les spécialistes des options de change étaient rares, les salaires mirobolants » se souvient-il. C’est l’époque où la Compagnie financière de Suez l’envoie à Wall Street. Là bas, le golden boy multi millionnaire est approché par la banque d’affaires américaine Merrill Lynch. Il refuse l’offre, quitte Wall Street et part embrasser une voie beaucoup plus inattendue. « A vingt ans, j’ai redécouvert la prière et la vie spirituelle, me posant la question d’une vocation monastique. Ce lundi matin du 16 octobre 1989, je n’ai pu résister à la force qui m’habitait ». A l’ombre des hauts murs de clôture du monastère de Tamié (Savoie), une voix intérieure lui dicte de fonder une fraternité dans les quartiers Nord de Marseille ! Pourquoi la cité phocéenne ? Il n’en sait rien. Tout juste a-t-il été marqué par l’assassinat, en Algérie, des moines de Tibhirine. Et là, il fondé la Fraternité Saint Paul, une communauté de prière et de travail, qui se veut accueillante à tous. Dans sa HLM, peuplée de familles immigrées pauvres, majoritairement musulmanes, « je fais se rencontrer des riches et des pauvres, des chrétiens et des musulmans, des croyants et des incroyants ». Loin des poncifs du « choc des civilisations » et de la crise des banlieues.

Gilles Carvoyeur

 

 

 

 

28/10/2008

L'Yonne anticipe le projet du Gouvernement en mettant un prêt pour les entreprises en mal de trésorerie

Nicolas Sarkozy vient de le confirmer : l’une des mesures phares du gouvernement Fillon consiste à créer un fonds d’intervention. Apparemment, pour l’instant, rien n’a été arrêté sur la mise en place de ce fonds. Mais d’ors et déjà, les adhérents de l’UPA, de la CGPME ou encore du MEDEF le trouvent intéressant. Ce fond doit répondre à au moins deux objectifs : favoriser la médiation bancaire et intervenir auprès d’entreprises faisant face à des problèmes conjoncturels et non pas structurels. « Or, il se trouve que le prêt d’honneur de transition mis en place dans l’Yonne par Yonne Active Création répond à ces 2 objectifs. Réfléchit depuis plusieurs années avant sa mise en place, ce dispositif unique en France bénéficie d’une année d’expérience » révèle Francis Moreau, Directeur de Yonne Active Création.

En tant que structure apportant son aide à la création d’entreprises pérennes et aux emplois durables, Yonne Active Création est partie d’un constat récurrent dans son fonctionnement : une entreprise rencontrant un problème ponctuel ou qui se développe peut voir sa viabilité remise en cause. En effet, le banquier connaît parfois des difficultés à lire et comprendre l’accroissement du besoin de trésorerie, souvent par manque de temps. Dans certains cas, une étude technique approfondie et un refinancement rapide permettrait à l’entreprise de consolider l’existant et d’envisager sereinement sa réorganisation ou son développement. «Il s’agit de mettre en place un dispositif permettant ce refinancement rapide » détaille encore Francis Moreau, sachant que l’association a été sollicitée à plusieurs reprises pour ce type d’évènement. Ainsi, 15 interventions sont visées pour 2008. Pour être éligibles, l’entreprise en développement doit générer un accroissement significatif de son Besoin de Fonds de Roulement. Les entreprises connaissant un évènement accidentel de trésorerie indépendant de la volonté du chef d’entreprise. « Si tel est le cas, Yonne Active Création mettra à disposition du chef d’entreprise un Prêt d’honneur pouvant aller jusqu’à 23 000 €. Un différé est également possible. Dans ce dispositif exceptionnel, une contrepartie bancaire est toutefois fortement souhaitée pour assurer la viabilité du dossier «  ajoute le directeur de YAC. Pour assurer le financement du dispositif et le lancer à titre expérimental, Yonne Active Création a activé le Conseil Général de l’Yonne, à hauteur de 70 000 €, et la Caisse des Dépôts et Consignations pour la même somme. Pour l’attribution, un Comité de décision se réuni au cas par cas, composé de François Boucher, vice-président du Conseil général de l’Yonne et Président de Yonne Active Création, de Francis Moreau, Directeur de Yonne Active Création, du représentant de Yonne Développement, du commissaire aux comptes bénévole. Avant toute prise de décision, le comité reçoit pour consultation le chef d’entreprise, le banquier de l’entreprise, l’expert comptable de l’entreprise. Ensuite, Yonne Active Création assure l’accompagnement et le suivi du dossier en partenariat avec l’expert comptable de l’entreprise bénéficiaire du dispositif.

 

Gilles Carvoyeur

 

27/10/2008

Pour neuf crimes non élucidés en Bourgogne, l'ADN relance les enquêtes

Pour neuf meurtres non élucidés en Saône-et-Loire, l’espoir des familles de victimes reprend. Après vingt ans d’attente incroyable. En effet, des experts viennent de mettre en évidence des traces d'ADN masculin pour trois de ces affaires criminelles. Ces nouveaux éléments scientifiques pourraient permettre peut être d’élucider une partie de ces dossiers criminels, tous des assassinats de jeunes femmes, commis entre 1986 et 2005. Depuis si longtemps qu’elle réclamait la réouverture de ces enquêtes, l'association « Christelle », qui regroupe la plupart des familles des victimes, et qui est défendue par le cabinet d'avocats de Me Didier Seban, est enfin satisfaite. L’avocat des familles avait obtenu de la justice que des scellés datant de l'époque des différents crimes soient analysés ou de nouveau analysés afin de bénéficier des avancées technologiques d'aujourd'hui, et notamment des recherches d'ADN. Les techniciens de police scientifique ont trouvé des traces d'ADN masculin qui n'avaient jusqu'à présent jamais été détectées et même recherchées. Il faut dire que vingt ans en arrière, la police scientifique telle qu’on la connaît aujourd’hui et qui fait le succès des séries télévisées américaines, disposait de moyens beaucoup moins perfectionnés Pour certains dossiers, à cette époque les techniques étaient balbutiantes. En demandant le regroupement de cinq de ces affaires criminelles auprès du pôle de l'instruction du tribunal de Chalon-sur-Saône, le procureur général de Dijon, Jean-Marie Beney, va permettre de relancer de manière spectaculaire les enquêtes. « C'est ce que nous demandons depuis longtemps, se félicite Me Didier Seban. Nous y sommes parvenus. Il faut espérer que ce sera un élément déterminant pour la suite des enquêtes ».

Gilles Carvoyeur


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu