Avertir le modérateur

05/11/2008

Jacques Pélissard, Président de l'Association des Maires de France : " La réforme de l'Etat va poser d e nombreuses interrogations aux maires "

La Rédaction de l’ARIM : « Aujourd’hui les préoccupations des maires restent les mêmes qu’il y a dix ans et plus encore. C’est votre avis ? »

Jacques Pélissard : « Elles sont fondées sur la tension entre un Etat qui, au nom de l’intérêt général va tenter de limiter l’autonomie du pouvoir local et les maires qui, parce qu’ils se sentent proches de leurs concitoyens, vont n’avoir de cesse de réclamer une plus grande latitude d’action. Il faut donc passer d’une pratique trop souvent marquée par la défiance à une culture de la confiance. Cela nécessite une réelle concertation sur tous les projets pouvant avoir des effets juridiques ou financiers sur nos collectivités. L’Etat n’a plus les moyens d’assumer une gestion de proximité quand les collectivités locales, et les maires en particulier, auront à remplir de plus en plus ce rôle ».

ARIM : Selon vous, certains défis auxquels vont être confronté les maires dans les prochaines années peuvent déjà être identifiés ? Jacques Pélissard : « Oui, par exemple, l’enjeu de l’intercommunalité. Elle s’est développée depuis 1999 et couvre aujourd’hui la quasi-totalité des territoires et des populations. Sa mise en œuvre s'est faite à un rythme rapide parce que les maires sont conscients que, c'est à travers la coopération et la mise en commun de moyens, qu'on peut résoudre efficacement certains problèmes et créer de nombreux équipements. Le défi est celui de savoir si le développement  atteint par l’intercommunalité ne mérite pas qu’une nouvelle étape soit franchie dans sa gouvernance même et dans le champ de ses responsabilités ».

ARIM : A vos yeux, l'exercice de fonctions communales et intercommunales n’est que les deux faces d'une même mission ?

Jacques Pélissard : « Il convient donc de mener une réflexion d’ensemble si l’on veut parvenir à une réforme cohérente et globale. Le défi de la réorganisation de l’Etat sur le territoire : dans le cadre de la modernisation de l’Etat et de son redéploiement sur le territoire, les maires vont avoir à faire face à de nouvelles interrogations. Quels risques comportent pour la vie des territoires toutes les mesures déjà engagées ou qui le seront, et quel en sera l’accompagnement ou la contrepartie ? Leur faudra t-il se tourner davantage vers les autres collectivités locales si l’Etat se désengageait de son rôle de conseil et d’expertise ? »

ARIM : Selon vous, le défi de l’environnement et du développement durable, plus précisément, celui de la contribution que les collectivités locales auront à apporter à la mise en œuvre des objectifs ambitieux inscrits dans les lois issues du Grenelle de l’environnement ?

Jacques Pélissard : « En effet, cela devrait nécessairement les conduire à  intégrer ces objectifs dans leurs politiques d’urbanisme, d’habitat, de transports. Le défi financier et fiscal : cet enjeu essentiel est caractérisé, à la fois par une moindre progression et ce dès 2009 des concours financiers de l’Etat aux collectivités  locales, mais aussi par une perspective de réforme a minima des impôts locaux. L’enjeu de la construction européenne : comment agir pour que la réglementation européenne, qui influe de plus en plus sur la gestion locale, prenne mieux en compte  la spécificité, les exigences et les contraintes de l’action publique locale ainsi que le caractère d’intérêt général des interventions des collectivités locales ? Ces défis représentent le fer de lance de l’action des maires dans les prochaines années. Nous tenterons d’y répondre lors de notre Congrès national les 25, 26 et 27 novembre 2009 ».

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu