Avertir le modérateur

18/11/2008

Dijon n'organisera pas le service d'accueil des élèves le 20 novembre, jour de grève

Lors du prochain mouvement de grève, lancé pour le 20 novembre 2008 par les syndicats enseignants, la grande majorité des écoles de Dijon restera fermée. Telle est la décision, sans appel, de François Rebsamen, le sénateur maire PS de la ville. Certes, ce dernier reconnaît que « la loi du 20 août 2008 oblige les communes à mettre en place un service d'accueil des enfants des écoles élémentaires et maternelles, dès lors que 25 % des enseignants d'une même école sont en grève ». Or, selon l’élu local, « l'accueil ne peut se faire qu'avec du personnel qualifié et en nombre suffisant pour que l'encadrement des enfants soit assuré en toute sécurité. A ce jour, le nombre des personnels municipaux habituellement affectés, en temps scolaire et périscolaire, à l'encadrement des enfants, est insuffisant pour que le service d'accueil soit effectué par eux seuls, dans les meilleures conditions possibles et le délai imparti pour le recrutement de personnes extérieures qualifiées est trop court pour que la ville puisse satisfaire à l'ensemble des besoins liés à cet accueil ». En conséquence, la ville de Dijon, si elle est consciente des difficultés rencontrées par les familles pour assurer la garde de leurs enfants les jours de grève, sera, aux yeux de l’élu socialiste, dans l'impossibilité matérielle d'organiser un service d'accueil au niveau des écoles, le 20 novembre 2008, imitant en cela la décision du maire de Paris, Bertrand Delanoë, de ne plus appliquer la loi du 20 août 2008.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu