Avertir le modérateur

13/07/2009

APPOIGNY : ICAUTRANS se projette déjà à l'international

Bernard Jossier se posait souvent la question : "comment faire pour réussir dans un secteur aussi difficile que le transport routier ?" Selon le chef d'entreprise, la réussite tient en un mot :être passionné et un professionnel expérimenté. "Des choix stratégiques judicieux, du respect de règles et des valeurs humaines pour pérenniser une entreprise, dépendent la survie de l'entreprise".  Avoir une stratégie réaliste sur le long terme. "Je me dis être capable de donner l’impulsion nécessaire à la réalisation de ce projet", conclut celui qui vient de recevoir l'aide de Yonne Active Création pour mener à bien sa reprise d'entreprise de transport routier.

 

Né en 1958, d'un père conducteur routier qui transportait du bois vers la région parisienne et le Bénélux, c'est sans doute par atavisme que Bernard Jossier créé, en avril 1986, à l'âge de 28 ans, sa première entreprise de transport à Chichery (Yonne). "Durant ces 30 années, j’ai acquis une solide expérience du transport routier, national, international, transport de marchandises dangereuses, explosifs, hydrocarbures" rappelle t-il.

Une vie professionnelle très riche faite de bons et de mauvais moments. Et pour laquelle, Bernard Jossier en a tiré une conclusion, sinon un principe de vie : savoir constamment s’adapter. "Les épreuves nous rendent plus forts, quand nous en refusons la fatalité. Chaque métier, transport, logistique ont des logiques de fonctionnement propres. Seul une personne d’expérience peut les connaître et développer la stratégie commerciale. Toutefois, il faut toujours rester humble, ne pas pécher par un excès de confiance, d’orgueil, d’optimisme"

Bref, savoir toujours raison garder, sans s’enflammer, sachant que la patience est une grande vertu. "Je crois en mes valeurs, en mon épouse, nous devons nous inscrire sur la durée. Ces valeurs sont un engagement commun, un esprit d’entreprendre, de ne pas dépendre des institutions. Je veux pour nous deux, une évolution personnelle, un accroissement de notre patrimoine familial" explique le porteur du projet.

DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL EN EUROPE DE L EST

Pour réussir son projet, le repreneur sait qu'il lui faut s’entourer de partenaires fiables sur le long terme. Visà vis des banquiers, experts-comptables, avocats d’affaires, il lui faudra faire preuve de pédagogie, de transparence. "Certes, il est impossible de tout prévoir, aussi faut-il accepter l’imprévu et avoir confiance en sa capacité à y faire face" assure t-il. "Pour constituer ce projet, mon épouse et moi sommes impliqués, motivés. C’est complètement assumé par notre couple".

Mais Bernard et son épouse ne sont pas seuls dans la grande aventure qui les passionne. A leurs côtés, il compte aussi sur la motivation, la compétence, la compréhension du projet d’entreprise de leurs collaborateurs, engagement qui forcément aura une incidence sur la qualité  et la rentabilité du projet. " Nous favoriserons l’initiative, la responsabilité, la formation, la promotion interne. Nous responsabiliserons en donnant confiance. Cela sera une garantie pour notre réussite" insiste le repreneur.

En France, le transport national est stagnant au vu de la période actuelle. Il faut donc percer à l’international, être capable le cas échéant d’accompagner les clients vers des horizons lointains, voire ouvrir une agence de transport à l’Est pour les pays d’Europe centrale et Orientale (les PECO), pour la Russie et une, en Bulgarie, voire en Slovaquie, 1er Etat de l'Europe de l'Est ayant adopté l’euro pour desservir la Turquie, voire le Moyen-Orient.

" Il ne faut pas être effrayés par ce grand marché européen, par cette mondialisation des échanges de marchandises. Ce doit être un formidable appel d’air, de fantastiques opportunités de développement. Les lieux de production sont désormais à des centaines de kilomètres des lieux de consommation. Les industriels, les distributeurs concentrent désormais leurs unités à l’Est. Par contre la consommation est plus forte à l’Ouest" assure t-il, confiant en l'avenir.

Etre entrepreneur, c’est sans cesse évoluer, changer avec la croissance, s’adapter aux exigences de ce secteur. Bref, rien n’est jamais acquis, définitif. Des contacts commerciaux sur place, prospecter, trouver des clients qui nous fourniront des chargements pour les retours : tel est le quotidien des chefs d'entreprises. Ainsi, notamment en matière de transport routier, il faut savoir ne pas dépendre de quelques clients privilégiés, ni avoir une position de sous-traitants de grands groupes de transport, mais travailler avec des clients en direct. "Nous n’existerons pas sans clients, nous grandirons avec eux. Il faut être professionnel, s’investir dans la relation avec le client. Satisfaire le plus grand nombre de clients pour qu’ils nous reviennent d’une année sur l’autre. Dégager une véritable marge d’exploitation, c’est devenir structurellement bénéficiaire" prévoit Bernard Jossier.

CROISSANCE EXTERNE PAR ACQUISITIONS

Mais déjà le couple Jossier voit plus loin. "Pour pouvoir nous développer, nous devons investir, embaucher. Le transport routier est un métier de services qui requiert une agressivité commerciale de tous les jours. Je suis plus que jamais décidé à poursuivre le développement de l’entreprise, à prendre de manière calculée les risques commerciaux et financiers que cela impliquera. L’entreprise doit croître avec une croissance interne et externe" assure le repreneur.

Selon ses prévisions, la croissance externe devra représenter la moitié du développement de la PME, notament grâce à de la croissance externe engrangée par de l’acquisition de sociétés. Pour cela, l’évaluation de l’achat devra être la plus rigoureuse, avec la préservation des clients, des moyens humains et mécaniques en place. Cette croissance externe élargira la palette de métiers, la compétence de l'entreprise et sa complémentarité. Elle ouvrira de nouveaux horizons, de nouvelles présences géographiques, de nouvelles ambitions. "En contre partie, ajoute Bernard Jossier, il faudra rationaliser afin d’extraire une plus grande marge bénéficiaire. Un nouveau métier sera une nouvelle société".

En conclusion, Bernard Jossier aime citer une phrase d'Eugène Schneider, le célèbre industriel français (1805-1875) et homme politique, qui à partir de 1936, dirigea les usines métallurgiques du Creusot, en Saône et Loire : « Ne perdons jamais de vue que l’instabilité , l’insécurité sont la loi de l’entreprise. Faire vivre une affaire, c’est se trouver chaque fois aux confins du péril. Il faut posséder l’esprit de risque, car le succès n’est jamais assuré. »

Gilles Carvoyeur

Pour plus d'informations : http://yonneactivecreation.fr/

Commentaires

ddd

Écrit par : ddd | 10/09/2009

merci

Écrit par : Lettre de voiture | 27/07/2011

merci

Écrit par : STS | 27/07/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu