Avertir le modérateur

06/12/2009

DOUBS : « Depuis que je suis au Crédit Agricole, je n'ai aucun problème »

 

32 ans installé depuis 2003, Alexandre Tuetey a repris des terres familiales souhaitant poursuivre l'exploitation agricole de ses parents

A la tête de 120 hectares, il se consacre à l'élevage, à la production de lait et de viande.

Par l'intermédiaire de la Banque Populaire, il avait fait construire une nouvelle une salle de traite pour un coût de 135 000, 00 Euros. Il remboursait 900 Euros par mois.

Dans le cadre de cet important investissement de mise aux normes, le jeune agricole n'avait pas reçu d'aides spécifiques dédiées d'ordinaire au secteur agricole.

 

« Mais, il y a un an et demi, j'ai fait le choix de quitter la Banque Populaire pour ouvrir un compte au Crédit Agricole.

A l'époque, j'avais des soucis énormes à la suite de l'incendie de mon bâtiment agricole, installé en plein centre de mon village. Je n'ai pas obtenu l'autorisation de le reconstruire sur place et j'ai donc du le construire à l'entrée de la bourgade.

A cette époque tout se passait bien avec la Banque Populaire mais il y a eu un changement à la tête de l'agence.

A partir de là, tout a empiré : la banque m'a sucré mon découvert qui était de 5000, 00 Euros par mois au départ. Malgré des recettes sur le compte, la banque m'a rejeté des chèques puis interdit bancaire. J'ai du payé 4 200, 00 Euros de timbres amendes !

Le seul discours du directeur était : « Ne soyez plus interdit bancaire ! »

J'ai donc quitté la BP, il y a bientôt deux ans.

De son côté, mon épouse m'enjoignait de quitter la banque depuis longtemps. Comme c'est elle qui s'occupe des comptes de la ferme, elle était bien placée pour voir la situation se dégrader.

Comme mon épouse avait son compte personnel au Crédit Agricole, cela m'a incité à la suivre.

Et depuis, tout va bien. Je n'ai aucun problème au Crédit Agricole.

Comme toute entreprise, le compte a des hauts et des bas. Dans ce cas là, le directeur m'appelle et me demande ce qu'on fait. La relation est tout de même beaucoup plus humaine.

Mon constat : j'aurais du partir beaucoup plus tôt de la Banque Populaire. En fait, le nouveau directeur de la BP voulait faire du zèle vis à vis de sa hiérarchie et cela explique en grande partie son attitude.

Cette situation de conflit permanent pèse très lourd dans votre vie personnelle et même physiquement. Cela peut vous détruire complètement.

D'ailleurs, je n'ai pas été épargné puisque mon épouse qui n'en pouvait plus de tous ces problèmes a finit par partir.

Comme elle gérait la comptabilité, elle avait les fournisseurs constamment au téléphone. Elle n'en pouvait plus

Aujourd'hui, je suis en instance de divorce.

En ce qui concerne le prêt du bâtiment, mon dossier était au contentieux.

L'affaire était au tribunal depuis deux ans. Et j'étais conseillé par un avocat du barreau de Dijon.

Le 1 er février 2010, le tribunal m'a donné raison : Sur 30 000 Euros réclamés par la Banque Populaire, le tribunal a reconnu que je ne devais régler que la moitié ».

 

Propos recueillis par GILLES CARVOYEUR

 Liste des portes paroles avec leur adresse mail:  DUCHENE Daniel (National + Bourgogne Franche Comté)/ danielduchene@laposte.net Mr COURVOISIER ( Territoire de Belfort) / daniel.courvoisier0547@orange.fr Mr MOTYL ( Région de Montbéliard) / frédéric.1974@live.fr Mr AUBIN ( Région des Vosges ) / aubin.christian@live.fr Mr PAQUIS ( Charente Maritime / paquis.claude@wanadoo.fr Mr MION (Région Nancy et Grand Est ) /librairiemion@wanadoo.fr 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu