Avertir le modérateur

06/12/2009

DOUBS : « Depuis que je suis au Crédit Agricole, je n'ai aucun problème »

 

32 ans installé depuis 2003, Alexandre Tuetey a repris des terres familiales souhaitant poursuivre l'exploitation agricole de ses parents

A la tête de 120 hectares, il se consacre à l'élevage, à la production de lait et de viande.

Par l'intermédiaire de la Banque Populaire, il avait fait construire une nouvelle une salle de traite pour un coût de 135 000, 00 Euros. Il remboursait 900 Euros par mois.

Dans le cadre de cet important investissement de mise aux normes, le jeune agricole n'avait pas reçu d'aides spécifiques dédiées d'ordinaire au secteur agricole.

 

« Mais, il y a un an et demi, j'ai fait le choix de quitter la Banque Populaire pour ouvrir un compte au Crédit Agricole.

A l'époque, j'avais des soucis énormes à la suite de l'incendie de mon bâtiment agricole, installé en plein centre de mon village. Je n'ai pas obtenu l'autorisation de le reconstruire sur place et j'ai donc du le construire à l'entrée de la bourgade.

A cette époque tout se passait bien avec la Banque Populaire mais il y a eu un changement à la tête de l'agence.

A partir de là, tout a empiré : la banque m'a sucré mon découvert qui était de 5000, 00 Euros par mois au départ. Malgré des recettes sur le compte, la banque m'a rejeté des chèques puis interdit bancaire. J'ai du payé 4 200, 00 Euros de timbres amendes !

Le seul discours du directeur était : « Ne soyez plus interdit bancaire ! »

J'ai donc quitté la BP, il y a bientôt deux ans.

De son côté, mon épouse m'enjoignait de quitter la banque depuis longtemps. Comme c'est elle qui s'occupe des comptes de la ferme, elle était bien placée pour voir la situation se dégrader.

Comme mon épouse avait son compte personnel au Crédit Agricole, cela m'a incité à la suivre.

Et depuis, tout va bien. Je n'ai aucun problème au Crédit Agricole.

Comme toute entreprise, le compte a des hauts et des bas. Dans ce cas là, le directeur m'appelle et me demande ce qu'on fait. La relation est tout de même beaucoup plus humaine.

Mon constat : j'aurais du partir beaucoup plus tôt de la Banque Populaire. En fait, le nouveau directeur de la BP voulait faire du zèle vis à vis de sa hiérarchie et cela explique en grande partie son attitude.

Cette situation de conflit permanent pèse très lourd dans votre vie personnelle et même physiquement. Cela peut vous détruire complètement.

D'ailleurs, je n'ai pas été épargné puisque mon épouse qui n'en pouvait plus de tous ces problèmes a finit par partir.

Comme elle gérait la comptabilité, elle avait les fournisseurs constamment au téléphone. Elle n'en pouvait plus

Aujourd'hui, je suis en instance de divorce.

En ce qui concerne le prêt du bâtiment, mon dossier était au contentieux.

L'affaire était au tribunal depuis deux ans. Et j'étais conseillé par un avocat du barreau de Dijon.

Le 1 er février 2010, le tribunal m'a donné raison : Sur 30 000 Euros réclamés par la Banque Populaire, le tribunal a reconnu que je ne devais régler que la moitié ».

 

Propos recueillis par GILLES CARVOYEUR

 Liste des portes paroles avec leur adresse mail:  DUCHENE Daniel (National + Bourgogne Franche Comté)/ danielduchene@laposte.net Mr COURVOISIER ( Territoire de Belfort) / daniel.courvoisier0547@orange.fr Mr MOTYL ( Région de Montbéliard) / frédéric.1974@live.fr Mr AUBIN ( Région des Vosges ) / aubin.christian@live.fr Mr PAQUIS ( Charente Maritime / paquis.claude@wanadoo.fr Mr MION (Région Nancy et Grand Est ) /librairiemion@wanadoo.fr 

Claude Mennella : « ISIGAZ permet de nouer des liens forts avec la population des quartiers».

Photo PIMMS Claude Mennella 3.JPG

 

A l'occasion de l'inauguration des nouveaux locaux du PIMMS de Dijon, implantés dans le quartier des Grésilles, Claude Mennella, Délégué Régional de GDF Suez en Bourgogne et Gilles Fargier, Président du Pimms de Dijon, ont signé une convention de partenariat ISIGAZ.

Depuis septembre 2006, NSM Médiation, une association loi 1901 créée en 2000 et labellisée PIMMS (Point d'Information et Médiation Multi-Services) vise à faciliter les démarches quotidiennes des populations des quartiers où elle est implantée, principalement à Dijon et dans le Grand Dijon. Notamment lors de l'opération ISIGAZ qui permet de nouer des liens forts avec la population des quartiers. En deux ans, GDF Suez a financé 132 000 Euros pour l'opération.

 

Pour GDF Suez, cette signature s'inscrit dans la droite ligne de convention cadre de partenariat « ville et cohésion sociale 2005 – 2007 », signée le 30 mai 2006 avec le Ministère de l'Emploi, du Logement et de la Cohésion Sociale.

« Depuis cette date, un ensemble d'actions d'information et de sensibilisation visant l'information, la sécurité des installations gaz (Opérations ISIGAZ) sont confiées à des structures associatives telles que le PIMMS de Dijon » explique Claude Mennella, Délégué Régional de GDF Suez en Bourgogne.

« Le PIMMS de Dijon a la volonté de faciliter l'accès aux services publics aux personnes qui éprouvent des difficultés à bien les utiliser » rappelle, de son côté, Gilles Fargier, le Président du PIMMS. « Cela inclut le développement d'actions de sensibilisation « sur site » (sécurité gaz, maîtrise des charges, développement durable, accompagnement des riverains lors de travaux de réseaux) » ajoute t-il.

La convention 2010 s'adressera à 7500 foyers répartis sur les quartiers de Dijon Fontaine d'Ouche, Dijon Gésilles, Longvic Bief du Moulin, Talant Béveldère, Chenôve Mail - Saint Exupéry, Quétigny – Centre Ville.

L'action ISIGAZ consiste principalement à sensibiliser les habitants de ces quartiers sur leur responsabilité individuelle et collective dans l'usage du gaz naturel, à rappeler la nécessité de l'existence d'un système de ventilation et à dispenser des con signes élémentaires sur les économies d'énergie.

 

Liens forts avec les habitants des quartiers

« ISIGAZ est une action qui nous a permis de nouer des liens forts avec la population du quartier des Grésilles, qui ont créé une attente forte vis-à-vis du PIMMS que nous souhaitions implanter» rappelle la directrice de la structure.

«Ce fut également l’opportunité de renforcer, par une action concrète et de grande envergure, les liens irréguliers (voire inexistants) que nous entretenions avec les bailleurs sociaux de l’agglomération ».

 

 

 

132 000 Euros versés en deux ans pour l'Opération ISISGAZ

Ainsi, pour réaliser la mission ISIGAZ, le PIMMS a créé deux emplois permettant le traitement d’un premier volume de 3000 logements. «Il reste aujourd’hui une cible de plus de 5000 logements sur les 7 quartiers «Politique de la Ville» du Grand Dijon (Dijon Fontaine d’Ouche et Grésilles, Chenôve Mail, Quétigny Centre, Longvic Bief du Moulin et Guynemer, Talant Belvédère)» fait remarquer Claude Mennella, Délégué Régional de GDF SUEZ en Bourgogne.

Tous les bailleurs disposant d’un parc dans les quartiers visés par l’opération ISIGAZ (OPAC, SCIC Habitat, ICF Sud-Est, ORVITIS, et bientôt Foyer Dijonnais) se sont impliqués en communiquant auprès de leurs locataires sur le partenariat existant entre le PIMMS et GDF SUEZ.

En contrepartie de la visite de 7 500 logements avant le 31 décembre 2010, GDF SUEZ apporte, en 2010, un financement de 90 000 € à l'association PIMMS de Dijon.

Cette action, très concrète, répond à une demande établie à partir des souhaits émis par les bailleurs sociaux.

« La somme dégagée pour cette 2 ème opération est de 90.000 euros aprés les 42.000 Euros versée lors de la précédente opération en 2009. Soit sur deux ans un total de 132 000, 00 Euros. C'est significatif !» fait remarquer Claude Mennella.

«Cette opération a permis d’identifier les logements où des travaux de mise aux normes s’avéraient nécessaires. Plus de 2500 logements traités avec des chiffres conformes à la moyenne nationale (82 % de taux de pénétration, un flexible sur 4 est changé gracieusement) » détaille encore le responsable de GDF SUEZ.

 

« La capacité des médiateurs à adapter leur discours et à se faire ouvrir les portes sans être intrusif est un facteur incontestable de la réussite de l’action. Certes, il leur faut surmonter l’inquiétude ou l’exaspération des locataires, confrontés à de multiples démarcheurs. Mais une fois cet obstacle levé, une discussion très constructive s’engage avec le public. D’où l’importance du partenariat avec le bailleur et le PIMMS »

conclut Claude Mennella.

DIJON : Les PIMMS dijonnais sont des partenaires majeurs pour Keolis Dijon

 

Par nature, un réseau de Transport Public assure les liaisons inter-quartier. Il tisse le lien social d'une agglomération par le tracé même de ses lignes. Pour assurer son activité sereinement, il doit être attentif au climat des quartiers dans lesquels il évolue. A ce titre, les PIMMS sont garants du lien social.

 

« En réalité, s'enthousiasme Gille Fargier, Directeur de Keolis Dijon et actuel président des PIMMS dijonnais, les PIMMS assurent ce rôle de "veille sociale", d'antenne terrain. Véritable laboratoire d'expérimentation de relations de proximité, il participent à la construction de leurs territoires par une démarche d'écoute et d'alerte des partenaires que nous sommes ».

En effet, lieux d'accueil et de lien social dans un environnement où les démarches sont parfois difficiles d'accès, Ils génèrent échanges de qualité et meilleure compréhension des règles de fonctionnement, notamment en direction des populations les plus fragiles.

 

Les PIMMS, acteurs de la médiation

« A nos côtés, nous qui sommes une entreprise de transport, les PIMMS développent l'offre de services de proximité et proposent en leurs lieux d'accueil toute la gamme des dépliants Divia pour bien voyager, et leurs agents, qui connaissent bien le réseau, peuvent guider et conseiller les voyageurs les moins expérimentés. A Dijon, les acteurs des deux PIMMS travaillent en étroite collaboration avec le service Prévention/Sécurité de Divia » ajoute Gilles Fargier.

En effet, en matière de médiation, le personnel des PIMMS, formé à l'accueil des publics, assure l'intermédiaire avec le service de contrôle des voyageurs de Keolis. Les demandes peuvent être très diverses : difficultés quant à la compréhension d'une procédure d'abonnement, d'accès à la tarification sociale, demande d'un délai pour le paiement d'une infraction, renseignements sur les différentes possibilités de règlement…

«La médiation de proximité induit en amont des actions de sensibilisation et de prévention en particulier auprès des plus jeunes. Ainsi, les agents Divia et PIMMS proposent et partagent des animations à l'occasion des fêtes de quartier » constate Gilles Fargier.

 

Par ailleurs, les PIMMS sont un tremplin pour la professionnalisation en aidant à l’insertion en recrutant leurs agents médiateurs parmi les personnes en voie d’insertion professionnelle. « Ces agents sont formés aux techniques de médiation, à l’accueil et ont une bonne connaissance de l'offre de nos services. Ce gage de professionnalisme est un garant pour l'entreprise partenaire qui peut leur ouvrir ses portes et tel un tremplin professionnel, les accompagner vers un emploi durable et qualifié, chez Keolis Dijon, comme conducteur ou AVSR (Agent Vérification et Surveillance Réseau)» détaille, encore le responsable de l'entreprise.

 

Un véritable engagement personnel

Pour Gilles Fargier, ce n'est sa première expérience au sein d'une association prônant l'accès aux services publics pour tous. Passionné et convaincu des valeurs des Transports Publics, il a été dès l'année 2000, aux côtés d'EDF, à l'origine de la création de "Polyphonie", une association de médiation (usagers/services publics) née à Annecy, qui depuis 2006, porte également le label PIMMS.

« A la présidence des deux PIMMS de Dijon situés à Fontaine d'Ouche et aux Grésilles, je suis particulièrement sensible à la professionnalisation des médiateurs et à l'évolution culturelle des entreprises. Je constate qu'aujourd'hui, les codes de la vie sociétale sont dans certains secteurs urbains de plus en plus divergents avec ceux de la vie active professionnelle. Cette réalité met en difficulté et fragilise une partie de cette population, qui souhaite intégrer la vie professionnelle, uniquement par méconnaissance des codes, des valeurs, et des règles de fonctionnement de l'entreprise.

Or, l'expérience professionnelle proposée par les PIMMS permet aux agents de mieux décrypter, et mieux appliquer ces règles du jeu et de les accompagner ainsi vers l'emploi durable et qualifié » conclut-il.

 

Développer les opportunités d'expériences professionnelles pour le plus grand nombre au sein des PIMMS sera, sans aucun doute, l'une des missions à laquelle il s'emploiera le temps de sa présidence.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu