Avertir le modérateur

13/07/2009

AUXERRE : L'incroyable parcours d'Isabelle Van Brussel-Belot.

L'incroyable parcours d'Isabelle Van Brussel-Belot.

Professeur de piano depuis le milieu des années 80 dans différentes écoles de l'Yonne, pompier volontaire à Ligny-le-Châtel de 1994 à 2002 et désormais... éléveuse de chèvres ! Décidément, Isabelle Van Brussel-Belot, 44 ans, mariée, deux enfants, a une carte de visite très originale.

En se lançant dans l'élevage de chèvres, en conservant son actuel emploi de professeur de musique, la jeune créatrice restreint les risques financiers. Propriétaire de la ferme et des bâtiments d'élevage, elle limite également son apport personnel. Et chose, sans doute la plus importante, son projet a rencontré l'adhésion de toute sa famille. Et celle de Yonne Active Création, dirigé par Francis Moreau, son directeur, qui a participé au financement du projet.

Pourtant, elle ne renie en rien son premier métier de professeur, qu'elle exerce depuis bientôt vingt ans, ayant débuté à l'école de musique de Cravant (1985 à 1990).

Pourquoi créer un élevage de chèvres à Saint-Cyr-les-Colons : "Parce que c’est le village de ma famille, le souvenir des vacances à la ferme", dit simplement Isabelle. "Et à cette époque, ajoute la jeune éleveuse, c’était encore les animaux qui rythmaient la vie du village. Après quelques années consacrées à l’enseignement du piano, je me suis rapprochée de mes origines terriennes pour faire revivre ce passé paysan qui me tenait tant à cœur. En somme, en créant cette activité, c'est un rêve de gosse qui va enfin prendre toute sa dimension" conclut-elle dans un grand sourire. Et pour continuer dans la même veine c'est le Près-Coulons (qui est l'ancienne appellation du village) qui sera tout naturellement le nom de sa chèvrerie.

Professeur dans les écoles de musique de l'Yonne

Qu'il est donc loin le temps quand elle fréquentait les bancs du Conservatoire National de la Musique de Dijon. C'était au début des années 80. Isabelle était loin de se douter que vingt cinq ans plus tard, elle serait... éleveuse de chèvres ! En 1980, sa passion reste la musique. Elle s'inscrit à l’école normale supérieure de musique Alfred Cortot de Paris où elle obtient, en 1984, son diplôme d’histoire de la musique et l'année suivante, le diplôme d’enseignement de piano. Deux parchemins qui lui ouvrent les portes des écoles de musique de l'Yonne, recrutée à Saint-Florentin (1990 à 2005), Ligny le Châtel (1995 à 1998) et Chablis (depuis 1993).

Mais Isabelle aime surprendre. En 1994, la voilà pompier volontaire après avoir obtenu le brevet national de moniteur de premiers secours. Ainsi, de 1994 à 2002, elle va décrocher toutes les qualifications obligatoires pour exercer ce volontariat contraignant au service de la population, engagement assez rare chez les femmes, surtout à la campagne (permis poids lourd en 1994, certificat de formation aux activités de premiers secours en équipe en 1995, certificat de formation aux activités de premiers secours routier en 1995, évolution en milieu hostile en 1996, certificat d’aptitude aux fonctions de Caporal en 1996, forrmation aux risques du gaz en 1997, conduite des véhicules hors chemins en 1998, unité de valeur formateur (F.O.R. 1) en 1998). Et, en 2000, elle est nommée au grade de sergent.

Cet engagement au service des autres est-il de nature à la satisfaire. Pas vraiment ! D'où son idée de créer sa propre entreprise : un élevage de chèvres sur une propriété familiale.

Un projet qui mise sur l'extrême qualité des produits

Son projet repose sur la fabrication, le conditionnement et la distribution de produits laitiers élaborés à partir du lait de chèvre. Quels produits vendra t-elle ? "Des fromages de chèvre fermier, des fromages de chèvre affinés au Chablis (une délicieuse spécialité maison, signée Isabelle)". A quel besoin répondront ses produits ? " Le goût du « vrai » en rapport avec la nature, des produits fabriqués sans intermédiaire et vendus directement du producteur au consommateur. Actuellement, nous sommes dans une tendance vers une alimentation plus saine, en quelque sorte nous vivons un salutaire retour aux sources." plaide le professeur- éleveur. Par quels circuits sera écoulé sa production ? " Principalement par la vente à la ferme, la vente dans les villages avoisinants, ou sur les marchés chablisiens et ceux des alentours". En fait, elle vise principlement le marché local, et le marché régional (bourguignon), dans un rayon de 80 Km autour de son élevage. Ses clients seront des particuliers et les touristes toujours à la recherche de produits de qualité sur leurs lieux de villégiature, notamment les touristes étrangers. Car ses produits ne manqueront pas d'atouts, n'hésitant pas à monter en gamme ce qui est parfaitement logique en tant que musicienne ! " Tout d'abord, la personnalité du produit à la qualité irréprochable. Leur originalité (élaboration d’un fromage affiné au Chablis vendu dans une feuille de vigne). Bref, ce sont avant tout des produits de terroir " assure Isabelle. Elle sait qu'il existe une forte demande dans la région pour de tels produits, ce qui l'a incité à monter son élevage, d'autant qu'à ses yeux, il existe peu de concurrence.

Très motivée par ce défi qu'elle se lance à elle-même, elle sait qu'elle évolue dans un contexte favorable " En tant que propriétaire des pâtures et des bâtiments, en fait une ancienne ferme, je disposais, sur place, de terrains disponibles pour la construction de la chèvrerie. Je pense agrandir mon cheptel d'ici trois ans, ayant la possiblité d'accroître la surface des bâtiments existants. Et si mon affaire tourne bien, d'ici là, j'envisage même la création d'autres emplois ".

Gilles Carvoyeur

 

Pour plus d'informations : http://yonneactivecreation.fr/


APPOIGNY : ICAUTRANS se projette déjà à l'international

Bernard Jossier se posait souvent la question : "comment faire pour réussir dans un secteur aussi difficile que le transport routier ?" Selon le chef d'entreprise, la réussite tient en un mot :être passionné et un professionnel expérimenté. "Des choix stratégiques judicieux, du respect de règles et des valeurs humaines pour pérenniser une entreprise, dépendent la survie de l'entreprise".  Avoir une stratégie réaliste sur le long terme. "Je me dis être capable de donner l’impulsion nécessaire à la réalisation de ce projet", conclut celui qui vient de recevoir l'aide de Yonne Active Création pour mener à bien sa reprise d'entreprise de transport routier.

 

Né en 1958, d'un père conducteur routier qui transportait du bois vers la région parisienne et le Bénélux, c'est sans doute par atavisme que Bernard Jossier créé, en avril 1986, à l'âge de 28 ans, sa première entreprise de transport à Chichery (Yonne). "Durant ces 30 années, j’ai acquis une solide expérience du transport routier, national, international, transport de marchandises dangereuses, explosifs, hydrocarbures" rappelle t-il.

Une vie professionnelle très riche faite de bons et de mauvais moments. Et pour laquelle, Bernard Jossier en a tiré une conclusion, sinon un principe de vie : savoir constamment s’adapter. "Les épreuves nous rendent plus forts, quand nous en refusons la fatalité. Chaque métier, transport, logistique ont des logiques de fonctionnement propres. Seul une personne d’expérience peut les connaître et développer la stratégie commerciale. Toutefois, il faut toujours rester humble, ne pas pécher par un excès de confiance, d’orgueil, d’optimisme"

Bref, savoir toujours raison garder, sans s’enflammer, sachant que la patience est une grande vertu. "Je crois en mes valeurs, en mon épouse, nous devons nous inscrire sur la durée. Ces valeurs sont un engagement commun, un esprit d’entreprendre, de ne pas dépendre des institutions. Je veux pour nous deux, une évolution personnelle, un accroissement de notre patrimoine familial" explique le porteur du projet.

DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL EN EUROPE DE L EST

Pour réussir son projet, le repreneur sait qu'il lui faut s’entourer de partenaires fiables sur le long terme. Visà vis des banquiers, experts-comptables, avocats d’affaires, il lui faudra faire preuve de pédagogie, de transparence. "Certes, il est impossible de tout prévoir, aussi faut-il accepter l’imprévu et avoir confiance en sa capacité à y faire face" assure t-il. "Pour constituer ce projet, mon épouse et moi sommes impliqués, motivés. C’est complètement assumé par notre couple".

Mais Bernard et son épouse ne sont pas seuls dans la grande aventure qui les passionne. A leurs côtés, il compte aussi sur la motivation, la compétence, la compréhension du projet d’entreprise de leurs collaborateurs, engagement qui forcément aura une incidence sur la qualité  et la rentabilité du projet. " Nous favoriserons l’initiative, la responsabilité, la formation, la promotion interne. Nous responsabiliserons en donnant confiance. Cela sera une garantie pour notre réussite" insiste le repreneur.

En France, le transport national est stagnant au vu de la période actuelle. Il faut donc percer à l’international, être capable le cas échéant d’accompagner les clients vers des horizons lointains, voire ouvrir une agence de transport à l’Est pour les pays d’Europe centrale et Orientale (les PECO), pour la Russie et une, en Bulgarie, voire en Slovaquie, 1er Etat de l'Europe de l'Est ayant adopté l’euro pour desservir la Turquie, voire le Moyen-Orient.

" Il ne faut pas être effrayés par ce grand marché européen, par cette mondialisation des échanges de marchandises. Ce doit être un formidable appel d’air, de fantastiques opportunités de développement. Les lieux de production sont désormais à des centaines de kilomètres des lieux de consommation. Les industriels, les distributeurs concentrent désormais leurs unités à l’Est. Par contre la consommation est plus forte à l’Ouest" assure t-il, confiant en l'avenir.

Etre entrepreneur, c’est sans cesse évoluer, changer avec la croissance, s’adapter aux exigences de ce secteur. Bref, rien n’est jamais acquis, définitif. Des contacts commerciaux sur place, prospecter, trouver des clients qui nous fourniront des chargements pour les retours : tel est le quotidien des chefs d'entreprises. Ainsi, notamment en matière de transport routier, il faut savoir ne pas dépendre de quelques clients privilégiés, ni avoir une position de sous-traitants de grands groupes de transport, mais travailler avec des clients en direct. "Nous n’existerons pas sans clients, nous grandirons avec eux. Il faut être professionnel, s’investir dans la relation avec le client. Satisfaire le plus grand nombre de clients pour qu’ils nous reviennent d’une année sur l’autre. Dégager une véritable marge d’exploitation, c’est devenir structurellement bénéficiaire" prévoit Bernard Jossier.

CROISSANCE EXTERNE PAR ACQUISITIONS

Mais déjà le couple Jossier voit plus loin. "Pour pouvoir nous développer, nous devons investir, embaucher. Le transport routier est un métier de services qui requiert une agressivité commerciale de tous les jours. Je suis plus que jamais décidé à poursuivre le développement de l’entreprise, à prendre de manière calculée les risques commerciaux et financiers que cela impliquera. L’entreprise doit croître avec une croissance interne et externe" assure le repreneur.

Selon ses prévisions, la croissance externe devra représenter la moitié du développement de la PME, notament grâce à de la croissance externe engrangée par de l’acquisition de sociétés. Pour cela, l’évaluation de l’achat devra être la plus rigoureuse, avec la préservation des clients, des moyens humains et mécaniques en place. Cette croissance externe élargira la palette de métiers, la compétence de l'entreprise et sa complémentarité. Elle ouvrira de nouveaux horizons, de nouvelles présences géographiques, de nouvelles ambitions. "En contre partie, ajoute Bernard Jossier, il faudra rationaliser afin d’extraire une plus grande marge bénéficiaire. Un nouveau métier sera une nouvelle société".

En conclusion, Bernard Jossier aime citer une phrase d'Eugène Schneider, le célèbre industriel français (1805-1875) et homme politique, qui à partir de 1936, dirigea les usines métallurgiques du Creusot, en Saône et Loire : « Ne perdons jamais de vue que l’instabilité , l’insécurité sont la loi de l’entreprise. Faire vivre une affaire, c’est se trouver chaque fois aux confins du péril. Il faut posséder l’esprit de risque, car le succès n’est jamais assuré. »

Gilles Carvoyeur

Pour plus d'informations : http://yonneactivecreation.fr/

10/07/2009

Hyères : Des voiturettes électriques grâce aux Vitrines de Hyères et la Ville

Opération Voiturette Electrique. Cela ressemble à un nom de guerre mais c'est un combat beaucoup plus pacifique que méneront les commerçants de la ville aux palmiers cet été à partir du 18 juillet. Coup d'envoi et inauguration par Jacques Politi, Maire de Hyères, le vendredi 17 juillet à 20h.

Cet été, "Les Vitrines de Hyères", avec la participation de la Mairie d'Hyères, créent l’évènement avec " l'Opération Voiturette Electrique".  Le concept de l’opération est simple : "il s'agit d'offrir aux clients des 80 vitrines de Hyères un service + + + durant l’été 2009. Concrètement, elle se déroule du 18 juillet au 17 octobre. Durant ce temps, les clients des 80 commerces «Vitrines de Hyères » ont la possibilité d’être reconduits à leur véhicule avec leurs achats à bord de deux voiturettes 4 places 100% électrique" explique t-on à la Mairie de Hyères. "En clair, pousuit un représentant des commerçants, il s'agit d'offrir à nos clients un service 100% gratuit et 100% écologique dans un contexte ludique et convivial". Quelles sont les missions de ces petits véhicules électriques : reconduire les clients à l’un des 3 parkings de la ville grâce à un passage à chaque arrêt toutes les 7 à 8 minutes environ. Dans la ville, 80 commerces « Vitrines de Hyères », sont facilement reconnaissables et identifiés par des hampes de façades. Ces commerçants sont habilités à donner à leurs clients un « Pass Transport » pour bénéficier du service . Le service fonctionne tous les jours (sauf le dimanche) de 10h à 13h et de 16h à 19h
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu